Mes livres !

Abonnez-vous au blog !

#081: S’envoler au Musée de l’Air et de l’Espace du Bourget

Pin It

C’est pas un joli coin, en plus il faisait gris quand on est passé par là. Mais alors, quelle richesse que ce musée ! Quand on a commencé, on ne s’est pas rendu compte qu’il y avait une aile supplémentaire : prévoyez du temps, le lieu le mérite.

WP_20131109_024

La visite est gratuite si vous choisissez de ne pas monter à bord des avions. Nous, on s’est offert la totale : on a rarement l’occasion de découvrir l’envers du décor, les soutes, les appareils cachés sous nos pieds, le moteur… c’est vachement grand en fait, un avion désossé ! (Spoiler : une voiture est garée en soute !)

WP_20131109_008

A l’extérieur, avions civils et militaires, ainsi qu’une fusée présentent ce qu’on connaît déjà : des avions de notre temps, ceux qu’on voit partout, dans le ciel et dans nos écrans. C’est aussi l’occasion de monter à bord de l’illustre Concorde et de découvrir à quel point c’était étroit, dedans… une vraie fusée horizontale.

WP_20131109_095

WP_20131109_089

On s’est un peu étonné de ne rien lire sur la fin du Concorde, le tragique accident de Gonesse, dans la frise qui illustrait la vie de cet appareil. Vous l’aurez compris : ici, c’est une ode aux machines volantes de tout poil, oublions les ratés.

Dans les hangars, on découvre à quel point l’imagination a turbiné chez les inventeurs de modèles plus ou moins improbables.

Musée Bourget

 

Avion-bus transilien (!), en tôle, en bois, avec roue de paille, ailes rétractables ou d’une envergure à peine croyable… Tous les modèles exposés font hausser le sourcil.

WP_20131109_102

Et dans le hangar des hélicoptères, même sensation !

WP_20131109_041

Il y a aussi une partie consacrée à l’exploration de l’Espace où certaines capsules font frémir quand on s’imagine glissé dedans, flottant dans l’immensité de l’univers…

WP_20131109_039

WP_20131109_046

Des reconstitutions émaillent le parcours, un appartement tout droit sorti des sixties où la télé diffuse en boucle les premiers pas de l’homme sur la lune retranscrit la sensation qui a du envahir la population lors de cet événement.

Et puis c’est là, en ressortant, qu’on s’est rendu compte qu’on n’avait parcouru que la moitié du musée.

WP_20131109_157

En gros, il nous restait toute cette aile, la partie du bâtiment qui était auparavant l’entrée des voyageurs dans l’aéroport du Bourget.

WP_20131109_143

De ce côté-ci, on plonge dans les premières expérimentations de l’homme avec les objets volants : montgolfières, avions, ailes d’oiseaux… Un atelier est également reconstitué, ainsi que des mises en scène en période de guerre. Encore une fois, très bien réalisé.

Montage bourget

 Il y a aussi un super espace de simulation pour les enfants (de plus de 12 ans il me semble), que l’on n’a pas pu tester puisqu’on ne disposait pas du public adéquat. Mais d’après les réactions, ça a l’air bien foutu !

C’est vraiment une visite à tester avec les enfants : même à 2 ans, ils adhèrent ;-)

http://www.museeairespace.fr/


Afficher www.millechosesaparis.com sur une carte plus grande

 

Vous avez aimé ? Partagez !
Pin It

#080: Gambader sur les Berges de Seine

Pin It

Quel été, mes amis ! Un temps à ne pas coller son nez devant un écran ! Alors on emmagasine on emmagasine, puis on vous ressort les idées quand Paris se recouvre d’un voile morne et gris. Pour tâcher d’endiguer ce phénomène ultra courant sur ce blog, j’ai décidé de m’y coller. Reste 3 semaines d’été, tout de même ! Alors nous voilà sur la grande nouveauté parisienne : les berges. LES BERGES. Quelque part, en le prononçant, j’entends la petite musique de l’alléluia. Enfin ! L’idée la plus géniale, même si elle a fait grincer des dents un certain nombre d’automobilistes !

P1020538

Alors certes, les habitués de Southbank à Londres devront éviter la comparaison. Oui, la Seine est en contrebas, du coup ici on ne voit pas les magnifiques monuments parisiens (ou à peine). Oui, pour l’instant c’est surtout une route qui a été dégagée, et dont le bitume, connu pour son excellente rétention de la chaleur, donne l’impression de gambader sur un radiateur géant à la moindre température estivale (ce qui, reconnaissons le, fut exceptionnel cette année car le phénomène dura plus de deux jours consécutifs). Un certain homme de mon entourage a même qualifié l’endroit de “Southbank du pauvre”. C’est salaud, admettez.

P1020578

 Parce que quand même, pour un site entièrement nouveau, il y a déjà un certain nombre d’activités. ça démarre fort, et ça promet pour la suite ! Depuis le pont de l’Alma jusqu’à Solférino, il est agréable de se promener au bord de l’eau, à l’écart des voitures. Mais en plus, la ville a eu l’idée de placer une belle quantité de terrasses, soit en accès libre, comme la passerelle ci-dessus qui donne sur des jardinets et des serres (y’a même des HAMACS, quoi !),  soit accolées à des bars ou snacks sympathiques. Et ça, on apprécie : même en cas de forte affluence, il ne sera pas nécessaire de faire la queue pour trouver une place. A priori.

P1020549

Les enfants sont ici comme des pachas : un petit parcours acrobatique, des dessins sur le sol, des ateliers organisés à divers moments de la journée…

P1020542

Il y a même des tipis d’anniversaire : vous pouvez en réserver un gratuitement pour un créneau d’1h30 (max 10 enfants de 6 à 12 ans), et profiter des activités organisées tout autour !

P1020555

P1020556

Un grand tableau d’expression libre a également été installé contre le mur, où petits et grands s’en donnent à cœur joie.

P1020551

P1020552

Et même si les monuments parisiens sont presque invisibles, le long du parcours, il y a pas mal de choses à admirer. Notamment la structure des ponts…

P1020573

P1020544

…les rives d’en face…
P1020557

…quelques bulles offertes par une péniche de clubbers…

P1020567
Et parmi les activités, il y a des quantités de choses que je n’ai pas testées : des séances de coaching yoga, fitness, running qui semblent être gratuites (réservation obligatoire sur le site), des expositions qui tournent régulièrement, la réservation gratuite d’un cabanon et son jardin pendant une heure pour buller ou s’entraîner à ce qu’on veut (j’ai notamment vu un entraînement de claquettes !), la possibilité de faire du vélo, du roller, de la trottinette ou de la fusée à roulettes, comme bon vous semble… les berges, c’est quartier libre !

Toutes les informations sur le site : http://lesberges.paris.fr/


Afficher www.millechosesaparis.com sur une carte plus grande

Vous avez aimé ? Partagez !
Pin It

#079: S’offrir une pause dans le 17e

Pin It

Le 17e, ce n’est pas l’arrondissement dans lequel on va spontanément se balader, a priori. Pas vraiment de grand monument historique, mais une foultitude de petits détails, façades, squares, églises, parcs, méritent pourtant qu’on s’y arrête.

Imaginons. Vous travaillez dans le quartier, entre la place des Ternes et le Faubourg Saint-Honoré. Vous pouvez alors entamer une petite marche pour rejoindre le magnifique parc Monceau, en sélectionnant quelques rues pleines de charme. Sur la rue du Faubourg Saint-Honoré, la villa Wagram et le square du Roule offrent déjà de jolies perspectives.

IMG_3505

D’ailleurs, Jeanne Moreau ou Gérard Lenormand vivent ici…

IMG_3508

Le nom de la rue du Faubourg Saint-Honoré n’a pas changé depuis le Moyen-âge. Connu comme l’un des beaux quartiers de la capitale, il se développe vers la fin du XVIIe siècle grâce à de riches financiers qui y font construire de grands et somptueux hôtels particuliers, vous allez d’ailleurs en croiser durant la balade. A l’époque légèrement excentré, le quartier bénéficie d’un attrait nouveau au moment où le Marais commence à perdre de son prestige, à cause notamment d’une trop grosse pression démographique. Aujourd’hui, de nombreux centres d’affaires ont choisi cette rue, on y trouve beaucoup de bureaux et nombreuses sont les sociétés qui ont commencé ici et grâce à l’achat d’un bureau sur Paris pour certaines, avant de devenir internationalement reconnues, comme Lanvin par exemple. Petit détail amusant : vous ne trouverez pas de n°13 dans cette rue, l’impératrice Eugénie le fit supprimer par superstition…!

Plus loin, au niveau de la salle Pleyel , c’est la rue Daru qui vous réserve des surprises : la cathédrale Saint Alexandre-Nevsky dévoile ses coupoles dorées.

IMG_3522

Classé aux Monuments historiques, c’est le premier lieu de culte permanent dont disposa la communauté russe orthodoxe de France. Si les lenteurs administratives entre France et Russie manquèrent de peu d’avoir la peau du projet, lorsque le permis de construire fut enfin délivré vers 1860, il fallut à peine plus d’1 an pour construire la cathédrale !

Sur votre chemin, rue Daru et rue de Courcelles, quelques immeubles Art déco cachent des façades de bureaux parmi lesquels ceux d’Henri Langlois, le fondateur de la cinémathèque française.

IMG_3541

Cet itinéraire (voir la carte plus bas) vous mènera jusqu’aux somptueuses grilles du parc Monceau, où d’autres façades d’hôtels particuliers vous attendent encore avant de rejoindre la verdure.

IMG_3544

A mon humble avis, Menier, le grand chocolatier, décroche la palme de la façade la plus chargée ! 

IMG_3549
Enfin, se dévoile le parc Monceau et ses nombreuses statues, son bassin, ses fleurs, sa grotte, sa pyramide ou son obélisque.

IMG_3566

A sa création au XVIIIe siècle, le paysagiste Carmontelle en avait fait un lieu extravagant : il y avait une pagode, une tente tartare et un moulin hollandais ! Aujourd’hui, il reste quelques perles à dénicher… à vous de les découvrir !

IMG_3571

 

Supplément crânerie : Le premier saut en parachute réussi (le détail a son importance !) eut lieu ici même ! Le 22 octobre 1797, André-Jacques Garnerin franchit le pas et prend place dans un panier d’osier relié à une sorte d’immense parapluie. Il se jeta de 800 mètres de haut, priant certainement, comme tous les spectateurs au sol, pour que le parapluie s’ouvre bel et bien… ce qu’il mit quelques atroces secondes à faire !!!

Cette balade est un extrait de celle que je propose dans le 17e arrondissement de Paris, dans mon livre sorti l’an dernier Balades et petites histoires parisiennes, chez Hachette.

Livre

Je me disais qu’avec le retour des beaux jours, vous en parler à nouveau, ce serait pas mal… :-) J’en profite pour remercier Anna de Paris en photos, qui avait fait une chouette note pour présenter l’ouvrage à sa sortie.


Afficher www.millechosesaparis.com sur une carte plus grande

Vous avez aimé ? Partagez !
Pin It