#100: Visiter le Conseil constitutionnel avec… Jean-Louis Debré

0

C’est l’avantage du métier : avoir droit, parfois, à une visite guidée menée par un hôte de prestige. Ici, à la suite d’une interview réalisée dans le cadre de mon travail, j’ai eu l’honneur de visiter le Conseil constitutionnel avec son président, Jean-Louis Debré. A l’heure où il s’apprête à quitter la rue de Montpensier, il s’enorgueillit d’avoir mené une vaste réfection des lieux. Et il aime le faire savoir, en parcourant les étages avec ses invités. Montez la volée de marches et suivons-le !

IMG_8202

Jean-Louis Debré commence à faire partie des monuments de la République. D’autant plus qu’avec ce poste de président du Conseil constitutionnel, il était le garant d’une constitution écrite par son propre père, Michel Debré… Autant vous dire que dans la famille, on a le sens de la chose publique. Au point qu’en arrivant dans un Conseil constitutionnel décrépi, noirci par le temps et replié sur lui-même, le nouveau président a décidé de lui rendre sa splendeur d’antan. Moderniser sans toucher aux fondements du Conseil, c’était son credo. Commençons par le bureau du président. C’est un fait connu et qu’il aime mettre en avant, Jean-Louis Debré est un collectionneur de Mariannes. Elles sont exposées à l’entrée du bureau, de la plus classique à la plus originale. Vous choisiriez laquelle ?
IMG_8146

Sur son bureau, une vieille affiche : « Défense expresse de prononcer ici aucune parole de découragement, de lassitude, de critique ou de tenir des propos de nature à affaiblir l’énergie patriotique et la confiance absolue dans nos Chefs et dans nos Alliés. » Oui, parce qu’on a certes le sens de la chose publique chez les Debré, mais apparemment, on a aussi le sens de la mise en scène !IMG_8141

D’ailleurs, en sortant sur le balcon surplombant le Palais Royal, le voilà qui se met à déclamer des vers… Poésie, quand tu nous tiens !IMG_8145

Dans le hall d’entrée, toutes les fenêtres étaient condamnées. Sans lumière extérieure, ce hall par lequel on pénètre dans l’enceinte du Conseil devait être sombre, austère et poussiéreux…IMG_8154

Le Conseil constitutionnel s’est installé dans l’aile Montpensier dès sa création en 1958. Il s’agissait des appartements de Jérôme Bonaparte, cousin de l’empereur, marié à Marie-Clotilde de Savoie. Certainement dans un souci d’efficacité, un réaménagement un peu brut avait été mené : lors des travaux de réhabilitation, des moulures ont été découvertes aux plafonds, sous des toiles, des caissons…
IMG_8160

La salle du conseil où se réunissent les sages…

IMG_8186

…et plus surprenant à ce même étage : une petite porte débouche sur une salle aveugle de quelques mètres carrés. C’est une petite chapelle privée, celle de Marie-Clotilde de Savoie. Dans un souci historique, après des années où la pièce condamnée était invisible du public, Jean-Louis Debré a fait le choix de la réhabiliter.IMG_8200

Une autre surprise les attendait lors de la réfection des lieux, au niveau des combles. Ce qui est certainement l’une des plus anciennes charpentes métalliques de France a été mise au jour. Cet ensemble en fer forgé, qui date de 1830, assure la tenue des planchers de l’ensemble du bâtiment. Admirez le travail ! IMG_8168

IMG_8180

Sur cette plaque trouvée lors de la restauration en 2011, il est inscrit « Fait par moi, François Lhomme, le 14 juin 1831. » C’est une dédicace de compagnon, qu’ils laissaient traditionnellement à chaque fin de chantier.
IMG_8174Je ne vous montrerai pas toutes les pièces, si vous souhaitez poursuivre la visite faites donc un tour sur le site du Conseil constitutionnel. Une visite guidée avec plan et photos panoramiques, très bien faite, est proposée. Terminons plutôt ce long article par les devantures de la façade : Debré a demandé à les préserver, c’est ainsi que l’on peut encore admirer les enseignes d’antiques boutiques ayant disparu depuis des décennies
IMG_8213Supplément crânerie : Devinez quelle musique Jean-Louis Debré a choisi pour la sonnerie de son téléphone portable…? du Johnny ! « Les gens m’appellent l’idole des jeunes… » Dites-moi, il n’y aurait pas une petite concurrence avec Raffarin, là ?!IMG_8209

 

Leave A Reply