#087: Plonger dans les entrailles de Paris, à la découverte de La grande histoire du métro parisien

0

 

601 LE METRO PARISIEN[ATL].inddQuand on est parisien, on a souvent le sentiment de vivre dans une ville-musée. Ce qui a ses bons côtés : des monuments historiques, fastueux (presque) à tous les coins de rue, une unité architecturale de plus en plus rare dans les autres métropoles, le privilège d’avoir accès aux plus beaux musées du monde… mais ville-musée, ça sous-entend aussi « ville-figée », un peu dépassée. C’est pas faux. Paris fait partie du cortège des intouchables comme Rome, Venise ou Florence. On ne penserait pas cela de Barcelone ou Londres, par exemple._20151201_105619

Mais fut un temps où Paris était à l’avant-garde en matière d’innovation, figurez-vous ! La tour Eiffel en est le parfait exemple. L’autre exemple, c’est le métro. Quand, pour l’exposition universelle de 1900, est tracée la première ligne de métro, Paris fut regardée par les autres capitales comme une ville moderne capable de prouesses techniques. Rendez vous compte : creuser des galeries sous les rues pour y faire passer un train !_20151201_105645

C’est ce que nous conte Clive Lamming dans ce très bel ouvrage dédié à l’histoire du métro parisien. Clive Lamming est un historien des chemins de fer français, le genre incollable sur la question. Il rappelle les déplacements laborieux dans la capitale avant le métro, les calèches, les omnibus bondés et les fiacres qui éclaboussent les passants… puis la jalousie des parisiens devant les équipements des autres villes comme Londres ou New-York, mais dont les systèmes ne sont pas tout à fait satisfaisants : à Londres, le métro enfume les voyageurs comme des harengs !

Paris peut donc s’enorgueillir d’avoir eu immédiatement un métro moderne et électrifié. Mais d’autres projets ont été envisagés avant d’en arriver là, comme celui de Louis Heuzé composé de viaducs et reliant les grandes gares._20151201_105526Au fil des pages, Lamming raconte les progrès, les catastrophes aussi, comme l’incendie de la station Couronnes qui coûta la vie à 84 personnes, du aux wagons en bois. Le déploiement des lignes au-delà des beaux quartiers, pour relier les parties les plus rurales (oui, rurales !) de Paris à son centre._20151201_105413Puis les guerres, les bombardements. La station « Allemagne » rebaptisée Jaurès en 1914. Les stations, comme celle d’Opéra, transformées en refuges._20151201_105318Des passages plus techniques et qui surprennent : qui a conscience des dénivelés de la ligne 12 ?!_20151201_105131_20151201_105232

Et puis l’après-guerre, le temps du renouveau. Dès 1950, l’idée de rendre le métro encore plus performant grâce à des techniques comme le métro aérien sur monorail…_20151201_105033…comme on le sait aujourd’hui, idée abandonnée !

Je pourrais continuer encore longtemps, le livre comptant plus de 300 pages dont énormément d’illustrations. L’ouvrir, c’est plonger dans un monde fascinant, souterrain et méconnu. Les amateurs d’Histoire comme ceux de technique trouveront leur compte dans cet ouvrage.

Il se termine même sur une partie prospective, détaillant les lignes de métro qui devraient être en service en 2030. Dans moins de 15 ans… le métro parisien, comme on le voit, est de plus en plus francilien !_20151201_104947

La Grande histoire du métro parisien, de 1900 à nos jours, Clive Lamming, Editions Atlas, 35€

Et pour les fans de métro (ça existe), j’avais également chroniqué la parution du livre de Grégoire Thonnat, La Petite histoire du ticket de métro parisien.

 

Leave A Reply