#067: S’emballer pour la Nouvelle Athènes

6

La Nouvelle Athènes, vous connaissez ?

Mais siiiii… coincé entre les Grands boulevards et Montmartre là… Vous ne voyez toujours pas ?

Un quartier franchement sympa mais souvent oublié des touristes. Il y a bien quelques églises qui mériteraient le coup d’oeil, mais aucun monument parisien « vendeur », qui attirerait les foules. Les habitants ne doivent pas s’en plaindre…


Parce que bon, on pourrait dégoter un billet d’avion pas cher et visiter la véritable Athènes. Mais la version parisienne mérite aussi le détour. Certes, il manque les vendeurs de pita, parfois le soleil, l’ambiance « crise » et les manifestations (à ce sujet, vous pouvez vous renseigner sur le très bon site réalisé par une poignée de bénévoles, Réflexions d’Athènes, pour connaître la vision des habitants sur le sujet).

Bref. Dans la Nouvelle Athènes version Paris, foin des manifestations et de la crise. Ici, on est à l’abri. On est même plutôt du genre à s’enorgueillir de posséder les plus belles façades d’immeubles de la capitale. Partez de la rue des Martyrs, prenez la rue de l’Agent Bailly, la rue Clauzel, la rue Notre Dame de Lorette… Vous comprendrez rapidement !

Alors c’est bien beau hein toutes ces façades, on voit bien qu’il y a quelques colonnes qui rappellent vaguement le truc athénien sur la colline tout là-haut là-haut, mais pourquoi la « Nouvelle Athènes » ? Parce qu’on est dans les années 1820. Que la « grécomanie » bat son plein en France : la Grèce est en pleine guerre d’Indépendance, vive les grecs, ils sont trop forts, oh tiens ! Et si on appelait le nouveau quartier la « Nouvelle Athènes » en hommage ? Voilà voilà, c’est à peu près comme ça que ça c’est passé.

En fait, le mur des Fermiers Généraux qui se situait au niveau des Grands Boulevards vient de tomber. Vous savez, il servait de douane pour tous les produits qui entraient ou sortaient de la ville. Et donc quand il tombe, la campagne des alentours est investie par les élites qui se construisent hôtels particuliers, immeubles et autres « folies », de charmantes maisons entourées d’un jardin qui aujourd’hui, se trouvant au coeur de Paris avec l’expansion de la ville, se trouvent être vraiment être une folie au niveau des zéros qu’il faut aligner pour en posséder une.

Le quartier est conçu par et pour les élites de l’âge romantique, autrement dit des gens qu’ont du goût comme on dit par chez nous. Les façades sont habillées, souvent inspirées de la Grèce antique. Et aujourd’hui, dans ce coin du 9e délaissé par les touristes, on peut s’en prendre plein la vue juste en levant les yeux et en déambulant au hasard des rues…

Supplément crânerie : L’église Notre Dame de Lorette (dont nous parlerons certainement un jour) se trouve dans le quartier de la Nouvelle Athènes. Des femmes « ni tout à fait célibataires, ni tout à fait mariées », comme les définissait le portraitiste Gavarni, gravitaient dans les environs. On les appelait les Lorettes. Et que cherchaient ces chères Lorettes dans un quartier fourni en aristocrates et intellectuels de tous bords ? Devinez… en tous cas, ces gentilshommes leur offraient un train de vie de presque mondaines qu’elles n’auraient jamais atteint sans eux… ah la la, heureusement, les femmes n’en sont plus à attendre après les hommes pour assurer leur train de vie… hein ?

J’ai dessiné grosso modo sur la carte les contours de la Nouvelle Athènes. Vous apercevrez dans le coin à gauche le musée de la Vie romantique… très bel endroit, on aura l’occasion d’en reparler !


Afficher www.millechosesaparis.com sur une carte plus grande

Discussion6 commentaires

  1. J’ai eu la chance de travailler dans ce quartier pendant quelques années, et découvrais alors des surprises à chaque coin de rue… Mais je ne suis encore jamais allée au Musée de la Vie romantique (honte sur moi!).
    Il paraît que l’atelier de Gustave Moreau rue de la Rochefoucauld est aussi très intéressant.

    • jarmolaine

      Je ne l’ai pas fait mais il fait partie de ma « to do list » !

  2. J’ai prévu cette visite organisée par’intermédiaire du musée de la vie romantique,mais quand retournerais je à PARIS???

Leave A Reply