#066: Remonter le temps à Palais Royal

5

En pénétrant dans la cour du Palais Royal, vous entrez chez Monsieur le Cardinal de Richelieu. Hé oui, le ministre de Louis XIII voyait les choses en grand en faisant construire sa maison ! Bon au départ, vu qu’il s’agissait de la maison d’un cardinal on l’appelait « Le Palais Cardinal ». C’est seulement quand le petit Louis XIV se vit léguer la bâtisse que le nom actuel fut choisi. Parce que quand même, faut tenir son rang.

A l’époque où le p’tit roi Soleil gambadait joyeusement dans le jardin, les arcades tout autour n’existaient pas. Ni les colonnes de Buren d’ailleurs (ooooh ?). A tous les détracteurs, rappelons qu’avant ces colonnes, le lieu servait de parking à quelques privilégiés… Entre une aire de jeux pour photographes amateurs et pour bambins débordant d’énergie ou un salon de l’automobile, personnellement, mon choix est fait !

Revenons à nos arcades : en fait, c’est une idée purement mercantile du Duc d’Orléans, propriétaire des lieux au XVIIIe siècle, qui les fit apparaître.  Le pauvre homme, dans sa vaste demeure, avait du mal à boucler les fins de mois.

Alors il aménagea ces arcades et les boutiques qui vont avec pour pouvoir louer le rez-de-chaussée aux commerçants. Idée de génie car à l’époque, c’était l’un des seuls endroits où l’on pouvait  faire ses emplettes sans patauger dans la gadoue ou se faire éclabousser par les carrosses.

Cercles littéraires et politiques, cafés, tripots prirent possession du lieu, ainsi que quelques péripatéticiennes. Un vrai succès, quoi, et les poches du Duc étaient à nouveau bien garnies.

Aujourd’hui, le Palais Royal a récupéré son honneur : de jolies boutiques de créateurs de mode côtoient de très anciennes enseignes, dont certaines plutôt folkloriques méritent vraiment le détour, comme ce fabricant de pipes.

(« Bonjour, mettez-moi donc un renard mort que je le porte en bandoulière, vous serez bien brave ») (c’était la parenthèse « what the f*ck ? »)

Bref bref bref. Et puis actuellement, le temps des travaux de rénovation de sa scène historique, la Comédie Française s’est installée dans un Théâtre éphémère tout en bois, inséré dans la galerie d’Orléans. Comme la visite et les photos datent un peu, il faudra se rendre sur place pour en découvrir l’aspect ! (vous me raconterez, moi je pouponne !)

 



Afficher www.millechosesaparis.com sur une carte plus grande

 

Discussion5 commentaires

    • jarmolaine

      Merci Nath ! Je profite à fond de ces premiers mois avec ma petite poupette :-)

  1. Pingback: #100: Visiter le Conseil constitutionnel avec… Jean-Louis Debré

Leave A Reply