#060: Lire à l’ombre de la BNF ou sur les quais

0

Une grande esplanade, des bouquins en veux-tu en voilà, et même quelques chouettes bistrots/cafés concert en bord de Seine pour se délasser, ce quartier a quelque chose qui rappelle les docks de Londres… Pour ceux qui aiment l’architecture moderne, quel bain de jouvence dans la ville-lumière ! (oui, on n’est pas obligé d’être a-bso-lu-ment fan du style Haussmannien quelque peu redondant).

Par ici le clou du spectacle, c’est bien sûr la BNF, oeuvre que l’on doit à notre cher François Mitterrand. Autour de vous, dans ces quatre grandes tours en forme de livre qui encadrent la place, sont réunis tous les ouvrages qui font l’Histoire de la France. Soit quelques 13 millions de livres, 250.000 manuscrits, 12 millions de photographies, affiches, estampes, 800.000 cartes et plans, 2 millions de partitions musicales, 1 million de documents sonores… rien que ça. Bon, c’était pas forcément malin-malin de choisir de grands immeubles de verre pour stocker autant de livres qui pour la plupart, ne sont pas de toute jeunesse. Ben oui, vous l’avez déjà certainement remarqué, un livre ça jaunit, la couverture se rabougrit et se contorsionne sous l’effet des UV. D’où ces grands panneaux de bois que vous pouvez apercevoir derrière les vitres. 

C’est l’une des adaptations qu’il a fallu apporter aux bâtiments pour que les livres s’y sentent à leur aise. Avant cela, la façade avait déjà été adaptée avec une couche de verre, 7cm d’air et une autre couche de verre. Et pour rassurer les gardiens du temple, chaque étage est parfaitement isolé des autres pour éviter la propagation du feu mais aussi des moisissures (on n’y pense pas assez !). Enfin, une lourde artillerie maintient une température constante de 18°C. Cajolés comme des bébés, ces bouquins !

En quittant l’esplanade en direction de la Seine, une chouette balade sur les quais s’offre à vous. Vous passerez devant l’excellent Batofar (chaudement recommandé pour ses soirées concert), et en été, de nombreuses terrasses se déploient pour siroter un café ou un apéro en fin de journée. Un petit paradis !

Au loin (pas tant que ça), la jolie passerelle Simone de Beauvoir aguiche le promeneur avec ses courbes ondulantes. Grimpez-y m’sieurs dames !

Vous voilà sur le pont le plus récent de Paris ! Construit en Alsace dans les usines Eiffel, ce pont a pas mal voyagé avant de rejoindre son emplacement définitif début 2006 : il a fallu l’acheminer par la mer du Nord et par la Manche avant de rejoindre la Seine. Une fois à bon port, deux toutes petites heures suffirent pour la monter intégralement ! Architecturalement parlant, cette passerelle est une petite prouesse : les 304 mètres de long n’ont besoin d’aucun soutien intermédiaire entre les deux points d’attache.

Et depuis la passerelle, vous aurez une vue imprenable sur la piscine Joséphine Baker qui a la particularité de flotter sur la Seine. Avant elle il y en avait une autre dans le 7e arrondissement : il s’agissait de la piscine Deligny qui au grand dam de ses usagers, coula en quelques dizaines de minutes à peine en 1993. La nouvelle piscine flottante, inaugurée en 2006, restaure donc une vieille tradition des bains flottants ! 20 flotteurs métalliques la maintiennent à niveau et la grande verrière se déploie l’été pour laisser passer les rayons de soleil.

Supplément crânerie : A peine inaugurée, la piscine faillit couler quelques mois plus tard à cause d’une simple erreur de manipulation… Des travaux furent alors nécessaires et elle ne rouvrit ses portes qu’en 2008 !

 


Afficher www.millechosesaparis.com sur une carte plus grande

Leave A Reply