#059: Chômer sur les bancs de Notre-Dame du Travail

2

Hé oui, tout arrive à point à qui sait attendre ! Et pour cette remise en selle, direction un quartier souvent ignoré par les promeneurs que nous sommes : Plaisance, dans le 14e arrondissement. Vous situez ? Non ? Allez,  juste derrière la gare Montparnasse ! (Il y a toujours le plan en bas de l’article, histoire de vous repérer !)

C’est un quartier qui semble tout neuf : il faut traverser l’immense place de Catalogne pour rejoindre la rue Vercingétorix et découvrir un petit havre de paix où l’église fait face à un joli parc. D’accord, juste derrière, il y a les rails. Mais ça fait partie du folklore, dirons-nous !

Et puis voilà la bête : une église relativement simple de l’extérieur, qui ne tranche pas franchement avec le style de ses copines de la capitale. Elle joue même les modestes, Notre-Dame du Travail. Et pour cause ! Lors de sa construction au début 1900, le quartier est habité principalement par des ouvriers. Plus les années passent, plus ils sont nombreux : de 2000 en 1856, on atteint 35000 habitants en 1897. Manque de pot, l’ancienne église de la rue du Texel, en trop mauvais état, est démolie en 1904. Il FAUT une nouvelle église ! Et pourquoi pas « Notre Dame du Travail » suggère l’un des vice-présidents de l’Union fraternelle du commerce et de l’industrie ? On pourrait alors réserver un pilier à chacune des professions industrielles et commerciales !

Malin, le curé Soulange-Bodin voit là le moyen de glaner des fonds et de « réconcilier religion et capital. » Amen. Une souscription est lancée pour réunir l’argent nécessaire à l’édification de l’église. Alors forcément, avec des pauvres ouvriers sous la main, cela ne permettra pas de construire un Notre Dame de Paris bis. La structure est donc légère : entrez donc ! Aviez-vous déjà vu une armature en fer dans une église ? C’est une nouveauté « qui rappellera aux ouvriers leur univers au travail » (dixit le curé). Chouette ! Mais c’est surtout par souci d’économie que ce matériau a été sélectionné. L’espace est donc très peu entravé, et puis ça tombe bien, la tour Eiffel a lancé le mouvement des structures métalliques 13 ans auparavant. Alors pourquoi serait-on choqué ?

On rigole on rigole, mais le père Soulange-Bourdin a mené un véritable projet social dans le quartier, qui a soulagé un grand nombre de familles grâce aux repas fournis et grâce à la crèche, entre-autres, mise en place pour les enfants. C’était le genre d’homme qui ne chômait pas…

Supplément crânerie : Ah ça, il n’étaient pas riches les souscripteurs ! Du coup, une partie des matériaux sont issus de la récup’ : les murs latéraux, les contreforts et les murs du presbytère sont en vieux moellons durs qui proviennent de la démolition des abattoirs de Breteuil. Et les fermes, ces pièces qui supportent la toiture, proviennent du palais de l’Industrie de l’Exposition universelle de 1855.

Afficher www.millechosesaparis.com sur une carte plus grande

Discussion2 commentaires

Leave A Reply