#042: Arpenter les passages du Bourg-l’Abbé et du Grand Cerf

8

Ils ont régné sur la capitale pendant 60 ans mais aujourd’hui, ce sont plutôt des vestiges du passé que l’on tente de sauvegarder : les passages couverts. Entre la rue de Turbigo et la rue Montorgueil, deux beaux passages se succèdent. En arrivant depuis la rue de Turbigo (après avoir visité, par exemple, le Passage de l’Ancre), deux cariatides vous accueilleront. Pour les ignares (mais comme disait Bill Watterson, l’idiotie n’est-elle pas l’essence des hommes ? ahem, je m’égare) bref, les cariatides sont ces femmes qui retiennent un toit ou un balcon rien qu’avec leur tête et sans aide des mains (que celui qui trouve d’où est tirée la citation ci-dessus me laisse un commentaire, le premier à trouver aura droit à un exemplaire des Jeux de piste à Paris !)

Même si ça ne saute pas aux yeux, ces deux cariatides sont des allégories du commerce et de l’industrie. A gauche, la roue crénelée et le marteau laissent deviner l’industrie, et ce sont l’ancre et les paquets qui trahissent le commerce à droite. A l’intérieur, ne manquez pas le baromètre… fouillez !

Vers la fin du XVIIIe siècle, quand ils éclosent sur la rive droite de Paris (là où se concentrait l’activité), les passages abritent des commerces de luxe, de mode, des salles de spectacle et des cafés. Il y en a eu plus d’une centaine en tout, aujourd’hui il en reste une quinzaine, que la Mairie de Paris tente de sauvegarder. Pas évident, puisque ces passages sont privés. Mais la plupart sont aujourd’hui inscrits à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques.

Les toits vitrés qui symbolisent ces passages servent à protéger le riche passant des aléas du temps, histoire de ne pas bousiller le vison de Mâdâme. Et si le verre a été choisi, c’est bien sûr pour la luminosité. La plupart des passages ont des toits de verre en deux pans. Le passage du Bourg-l’Abbé est une exception, avec sa forme arrondie.

L’autre extrémité du passage du Bourg-l’Abbé débouche sur la rue St Denis, et presqu’en face, vous trouverez le passage du Grand Cerf. Majestueux, c’est celui qui décroche la palme du plus haut passage de Paris : la verrière a été érigée à 11,80 mètres du sol. En tout, il y a trois étages, il paraîtrait même que les logements du dernier étage sont aujourd’hui des HLM. Ce passage date de 1825, il a été construit en lieu et place de la maison du « roulage du Grand Cerf », qui était en fait le terminus des diligences des Messageries Royales pour l’Est de la France. L’emplacement est idéal : situé en plein cœur du quartier Saint-Denis, le plus populaire de Paris qui concentrait énormément d’industries, le passage du Grand Cerf verra passer du monde sous sa verrière.

Après quelques années d’abandon où les lieux se dégradent, le long et étroit couloir de 3 mètres de large est rénové avec soin à la fin des années 1980. Ses atours historiques sont soigneusement préservés et aujourd’hui, les plus belles boutiques s’y côtoient. C’est véritablement l’un des plus jolis passages de Paris…

Truc utile : Comme il s’agit de voies privées, les passages ont des horaires d’ouverture : 7h30-19h30 pour le passage du Bourg-l’Abbé, 8h30-20h pour le passage du Grand Cerf.

Supplément crânerie : Aragon appelait ces petits centres commerciaux des « aquariums humains »… que dirait-il des centres commerciaux que nous côtoyons aujourd’hui ! Des cages simili-dorées ?


Afficher www.millechosesaparis.com sur une carte plus grande

Discussion8 commentaires

  1. J’aime beaucoup ces petits passages, ils paraissent figés dans le temps, le paris d’autrefois…
    quant a la citation, j’ai trouvé de qui elle etait mais j’ai deja ton guide alors je laisse leur chance aux autres de le gagner 😉

  2. J’aime bien ces passages couverts, hummmm, j’ai mangé dernièrement dans une délicieuse brasserie passage des panoramas…

  3. J’ai visité ces passages avec un guide en novembre 2009 j’ai grand plaisir à les revoir car je me suis promis d’y retourner .Merci

  4. Pingback: #091: Le top 7 des passages de la capitale

Leave A Reply