#030: Admirer les oeuvres de Rodin et de Camille Claudel

1

Rodin. Le genre d’homme à commencer sa vie refoulé trois fois au concours d’entrée des beaux-arts, et à la terminer bardé de légions d’honneur et avec un musée à son nom. Dans Gala ou Voici, c’est ce qu’on appellerait « Une belle revanche sur la vie. »

Bon. Surtout un forçat du travail doublé d’un passionné, en fait.

Pourtant, il s’en est fallut de peu pour que notre homme finisse curé, ou moine. A 22 ans, la mort de sa soeur l’ébranle tellement qu’il commence un noviciat. Mais quand le père Eymard, qui lui commande un buste, voit ce dont il est capable, il le somme de reprendre le chemin de la sculpture. Ouf ! C’est alors que Rodin, Auguste de son prénom, se met à travailler comme un forcené. Il aime le réalisme, ne cherche pas à enjoliver la réalité, et à cause de cela ses œuvres recevront un accueil plutôt froid au début. On le soupçonne même de mouler ses modèles alors qu’il sculpte lui-même la forme de ses personnages !

Et puis il y a Camille Claudel. Un génie de la sculpture, qui apprendra tout de son maître et amant, voire… qui le dépassera. Une salle du musée est consacrée à son œuvre.

Ce petit musée situé à deux pas des Invalides est une bouffée d’oxygène : une promenade dans le jardin dévoile une partie des oeuvres de Rodin, et les pièces, dans l’hôtel Biron, offrent un beau panel de ce que l’artiste a réalisé durant sa vie.

Supplément crânerie : Cet hôtel, qui au début des années 1900 hébergeait des artistes, a vu passer Isadora Duncan (elle y donnait des cours de danse), mais aussi Matisse et Cocteau. Les artistes pouvaient s’y loger pour une somme modique, et Rodin découvre ce site verdoyant au coeur de Paris par l’intermédiaire de l’écrivain Rainer Maria Rilke. Mais en 1910, l’Etat décide de le vendre. Rodin se démène pour éviter la vente et obtenir la jouissance du lieu jusqu’à sa mort ! Il fera même mieux puisqu’en donnant ses oeuvres à l’Etat, il s’assure la création d’un musée Rodin (il participera d’ailleurs à la conception de son propre musée).

Truc utile : Des petits dépliants très instructifs et complets sont disponibles au niveau du vestiaire (pour ceux qui voudraient éviter de dépenser encore pour l’audioguide). Munissez-vous du plan et du dépliant intitulé « visite », et vous serez paré pour comprendre le parcours du Maître et de sa muse !

http://www.musee-rodin.fr/


Afficher www.millechosesaparis.com sur une carte plus grande]

DiscussionUn commentaire

  1. Ces sculptures sont sublimes ! Et vos photos tout à fait à la hauteur !
    Il faut vraiment que je mette cette balade à mon programme de cet hiver.

Leave A Reply